Lettre ouverte des communistes du dunkerquois, par la voix de Gérard Miroux, à destination de Monsieur Patrice VERGRIETE (Président de la CUD, Maire de Dunkerque), Monsieur Bertrand RINGOT (Maire de Gravelines Vice-président de la CUD, Chargé de la politique de l’eau, de l’assainissement et de la prévention des inondations Président du Syndicat de l’Eau du Dunkerquois), Mesdames, Messieurs les élu.e.s des communes du Syndicat de l’Eau du Dunkerquois

Monsieur le Président, Monsieur le Vice-président , Mesdames et Messieurs les élu.e.s,

En 2020 et 2021 nous vous avions déjà réinterpellé sur la question de la gestion de l’eau.

L’eau se raréfie et les financiers se frottent les mains. À l’heure du réchauffement climatique et des sécheresses à répétitions, la bataille pour la maîtrise publique de l’eau fait rage. L’époque des transitions énergétiques appelle à une adaptation et à des ruptures qui percutent des intérêts financiers voulant organiser la rareté, voire la pénurie de ce bien vital. Le nouvel or bleu a ainsi fait son entrée, il y a un an, à la Bourse de Chicago, et les traders spéculent sur les futures sécheresses en Californie, qui entraînent déjà un emballement de sa valeur marchande.

En France, l’OPA de Veolia sur Suez, s’inscrit dans cette veine du capitalisme vert.

Le nouveau Suez, composé notamment du fond d’investissement Meridiam n’échappe pas à cette logique spéculative. N’est-ce pas le fondateur de ce fond qui déclarait en parlant de l’OPA :« C’est une opportunité, car l’eau est peut-être la ressource la plus importante quand on parle de changement climatique ».

Suez-Veolia, blanc bonnet-bonnet blanc ! Et la pression sur la ressource en eau et sa financiarisation font plus que jamais bon ménage.

Le match de l’appropriation publique de l’eau, c’est au final : bien commun contre finance, préservation de la ressource et sobriété contre technologie et chimie, coopération contre compétition.

La puissance publique et le mouvement citoyen doivent plus que jamais s’engager dans la bataille et protéger l’eau en commençant par constitutionnaliser le droit à cette ressource, son accès à un juste prix, à une juste qualité et à un juste service.

A ce propos, nous ne pouvons que nous étonner de ce qui se passe dans les 6 communes du Pas-de-Calais, intégrées à la Société des Eaux du Dunkerquois, où les usagers ont vu leurs factures d’eau exploser du fait de la part assainissement qui leur est appliquée.

Les 19 et 22 avril 2021 dans la rubrique « LA PHRASE » de la Voix du Nord, on peut y lire ceci :

« L’eau va devenir une denrée rare. Il faut se préparer à payer le mètre cube d’eau assainie à sa juste valeur, plus chère. » Phrase de Didier Bée, Maire de Zudausques, en réponse à un collectif d’usagers de sa commune. (Zudausques étant l’une des 6 communes intégrées au SED).

Notre question : Pourquoi les élus au SED décident t-ils de tels inégalités de prix sur le territoire ? Cela participe à l’accentuation des inégalités sociales et territoriales. Il appartient à l’état d’assurer une véritable péréquation tarifaire entre tous les territoires à travers un service public national décentralisé. C’est la proposition que les communistes font depuis longtemps et que vous pouvez soutenir.

Le nouveau suez impose t-il sa loi capitaliste ?

Maîtriser le petit cycle de l’eau, de son prélèvement à son rejet en passant par sa consommation, et le grand cycle de l’eau, son cycle naturel, n’est ni plus ni moins qu’un impératif de société et un enjeu de justice climatique et sociale. Dans ce que d’aucuns appellent la « guerre de l’eau », donnons-nous les moyens pour que cela ne puisse avoir lieu  !

Dans le combat entre David et Goliath, Goliath fut défait. Suez-Veolia, nouveau géant mondial de l’eau, ferait bien de s’en souvenir.

Ces propos sont ceux de Philippe Rio, maire de Grigny, élu « Meilleur maire du monde » en 2021.

Dans le cadre de la sécurité d’approvisionnement d’un bien essentiel pour la vie ne faut-il pas prévoir, dés maintenant, l’interconnexion des réseaux d’eau potable ? C’est solidarité contre concurrence !

STOP A LA MARCHANDISATION ET LA FINANCIARISATION DE L’EAU !

Dans l’attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Monsieur le Vice-président, Mesdames et Messieurs les élu.e.s, l’expression de nos salutations.

Les communistes de Dunkerque Littoral

Gérard Miroux, 
Animateur de la commission Eau et Assainissement du PCF